La révélation d'Arès en Belgique

Le témoin : Michel Potay

« Écoute, homme Michel ! Tu ne seras le chef de personne ; tu es seulement le premier, comme l'aîné est premier né de ses frères et sœurs, premier à avoir reçu l'Enseignement du Père. On viendra pour écouter Ma Parole, on t'appellera pour prendre tes conseils, non pas pour prendre tes ordres. »
[Rév. Arès 16/1-2]

Ses origines

Né en 1929 dans une banlieue usinière de Paris d’un père ingénieur et communiste et d’une mère élevée au couvent, Michel Potay devient ingénieur athée et communiste.

Vers 1962, saisi d'inquiétudes philosophiques, il cherche dans divers domaines métaphysiques s'il y a une vérité par-delà le matérialisme. Il opte finalement pour le christianisme, s'engage dans l'église orthodoxe, se marie en 1968 et aura trois filles : Nina, Anne et Sara. Il est ordonné en 1969. Comme il est de nature pragmatique, rien ne le prépare aux événements de 1974 et 1977.

Le bouleversement de sa vie sociale

En 1974, il déménage avec sa famille à Arès. C'est là que se dérouleront les événements qui bouleverseront sa vie.

Il ne restera rien au témoin de ce qu'il avait cru. Le Dieu-juge de sa théologie est remplacé par le Créateur de la liberté et de la Vie, différence capitale ! L'expérience du surnaturel ne convertit pas tout de suite le témoin. La paix intérieure met trois années à s'établir. C'est alors, à l'automne 1977, que surgit dans sa vie une nouvelle expérience surnaturelle : les théophanies.

Une vie vouée à ce livre

Après ces événements le témoin entre alors dans une grande solitude, tourmenté par les innombrables questions sans réponse que provoque l'idée de répandre le message dans le monde. C'est par le soutien inébranlable de son épouse Christiane que le témoin se met en marche pour faire connaître le message. Le livre sera refusée par 47 éditeurs sollicités et contraindra le témoin à l'imprimer lui-même.

Michel Potayimprimant la révélation d'arès.

Il le diffusera en se rendant personnellement dans les librairies pour qu'il soit placé en rayon.

Il enverra un exemplaire à 99 instances religieuses. Il recevra une seule réponse de Si Hamza Boubakeur de la Mosquée de Paris. Confirmant que Michel Potay n'a pas pu inventer cela, il soulignera que les hommes qui ont vécu ce type d'événements ont beaucoup souffert. C'est en missionnaire de rue qu'il fera connaître le message et que spontanément, dès 1975, des femmes et des hommes commenceront à le soutenir dans sa tâche. Ainsi, peu à peu, les frères remplaceront les amis qui l'ont délaissé.

Sans soutien professionnel il travaille plus de 10 heures par jours pour accomplir les tâches liées à sa mission prophétique.

Aujourd'hui

Entrant dans sa 90ème année en 2019, Michel Potay vit simplement à Bordeaux avec son épouse. Il poursuit inlassablement son travail. Il entretient une correspondance importante, visite les groupes locaux à travers la France, tient un blog sur ce que l'actualité du monde ou la fraternité arésienne lui inspirent et répond aux commentaires des lecteurs du blog. En 2010 il eut une entrevue avec Jacques Cancel que vous pouvez voir dans son intégralité sur Vimeo.

« Je suis surpris d'avoir bientôt 90 ans parce qu'en fait je ne me sens pas si mal, en tout cas pas aussi fatigué que je pensais que je me sentirais à cet âge-là. Devant mon ordinateur, quand je travaille (douze à treize heures par jour, eh oui...) la tête va bien. »
Extrait de la réponse de Michel Potay au commentaire 46 de l'entrée 207.

Dernière modification : Lundi 1 juillet 2019 - 20:56

| Propulsé par Drupal

Nous utilisons des cookies de première partie afin d'améliorer l'experience utilisateur.

Nous utilisons aussi un outils d'analyse statistique. Nous ne partageons pas ces données.