La révélation d'Arès en Belgique

Le message

« Car la Vérité, c'est que le monde doit changer... »
[Rév. Arès 28/7]

Pas la religion, pas la politique mais la Vie !

Le mal ne peut être vaincu ni par la religion, ni par la politique, parce que le mal ne peut être vaincu qu’à sa source, c’est-à-dire dans le cœur de l’homme. Aucune loi, aucun dogme, aucune croyance ne peut éradiquer le mal dans son cœur. C’est librement que chacun peut choisir de s’engager résolument dans la voie du bien, la voie de la Vie. Par sa volonté, l’homme peut se transformer et par là, transformer le monde. Pour La Révélation d’Arès, « changer » est plus important que « croire » et ce changement est à la portée de l’homme.

Le bien actif ou pénitence

Mais que faut-il entendre par faire le bien ? C'est tout le sujet de La Révélation d'Arès. Rien ne peut remplacer sa lecture directe. Le bien n’est pas l’absence de mal car le bien est actif. Il consiste à prendre conscience du mal que l'on fait, à aimer y compris ses ennemis, à pardonner toutes les agressions, à faire la paix avec tous, à se libérer de toutes peurs et de tous préjugés sur les autres, à retrouver l’intelligence du cœur… C’est ce que La Révélation d’Arès appelle « pénitence » dans un sens dynamique et créatif, tout différent du sens religieux. La pénitence nous libère notamment de nos pulsions, de nos enfermements, de nos jugements, de nos découragements. La pénitence nous conduit à retrouver la Vie. C'est déjà ce que rappelait Jésus dans le Sermon sur la Montagne [Matthieu 5-7] qui, jusqu'à ce jour, n'a pas encore été accompli.

« S'ils ne pèchent plus, Je ne Me souviendrai plus de leur passé, ils entrent dans la pénitence, ils sont des hommes du temps qui vient. »
[Rév. Arès 30/10]

L'homme est de corps, d'esprit et d'âme

La Révélation d'Arès souligne que l'homme complet est de corps, d'esprit et d'âme, mais qu'il naît sans âme. Se créer une âme est la signification essentielle du passage de l'homme sur terre.  L'homme dispose de toutes les ressources en lui pour s’en créer une et il le fait par sa pénitence, par le bien qu’il accompli dans le monde pour l'humanité. Ainsi l’âme se forme par la pratique de la lumière intérieure et du bien actif. Elle donne à l’homme une force ascensionnelle pour rejoindre sa Source, la Vie, même au-delà de la mort. Ce travail de l'homme sur lui-même change simultanément le monde.

La Révélation d’Arès nous met en garde contre l’esprit de l’homme, car l’intelligence exclusivement intellectuelle le conduit à se dessécher s’il ne développe pas l’intelligence du cœur. La Révélation d’Arès est vivante. En accueillant sa nature vivifiante, l'homme peut changer et recevoir une aide pour gravir pas à pas les sentiers vers la Vie.

« L'âme est le regard, la main, la gorge, l'estomac du spectre ; par elle Je peux le réchauffer de l'éclat de Ma Gloire, Je peux le conduire vers les magnificences infinies, Je peux entendre sa louange et sa conversation, Je peux le nourrir à jamais. »
[Rév. Arès 4/6]

Prononcer la parole

Pour soutenir ce changement dans le temps, le Père invite l'homme à se rappeler quotidiennement ce qui doit être accompli en prononçant Sa Parole, ce que La Révélation d'Arès appelle « prier ».

Bien que toute La Révélation d'Arès puisse être lue comme prière, elle en propose particulièrement une, c'est le « Notre Père » retransmis intact, appelé Père de l'Univers.

« Prononcer Ma Parole pour L'accomplir, voilà la vraie piété. »
[Rév. Arès 35/6]

La persistance dans le mal

Le Père de l'Univers ne condamne personne. Seul l'homme se condamne lui même en refusant sa nature spirituelle et en persistant à se fourvoyer dans le matérialisme, la haine, l'orgueil, la vengeance...

« ...rappelle à l'impénitent qu'il anéantit son âme, et que son spectre errera par les ténèbres glacées, plus malheureux que les vers aveugles et nus dans les profondeurs des nécropoles, le spectre qui vient pleurer sur ses os blanchis, sur sa chair évanouie, auquel il ne reste, dans le tourment des regrets et le froid infini, que l'espérance de Mon Jour, le spectre pour qui l'instant est long comme un jour, le jour long comme un siècle, tant est cruel le froid qui le transperce, apeurante l'obscurité où il erre. »
[Rév. Arès 16/15-16]

Plusieurs générations de pénitents

Le pénitent ne fait pas son salut seul, il invite les personnes de rencontre à devenir à leur tour des pénitents. C’est pourquoi on le croise dans la rue, invitant à découvrir la puissance libératrice de la pénitence. La Révélation d’Arès souligne qu’il faudra plus de quatre générations pour que le nombre croissant de pénitents influence significativement le monde. « Car la Vérité, c'est que le monde doit changer ! » nous dit-elle tout en affirmant que si les pénitents poursuivent avec détermination de génération en génération, le monde changera inévitablement.

« Non pas un homme montre la Voie ; non pas un autre homme trouve la Vie, mais beaucoup d'hommes se succédant au tombeau montreront la Voie, une multitude dont les os ajoutés dresseraient une montagne trouvera la Vie... »
[Rév. Arès 24/3]

Dernière modification : Mercredi 11 septembre 2019 - 12:26

| Propulsé par Drupal

Nous utilisons des cookies de première partie afin d'améliorer l'experience utilisateur.

Nous utilisons aussi un outils d'analyse statistique. Nous ne partageons pas ces données.